19,90 

Nobody’s watching

Un film de Julia Solomonoff

2017 – Argentine / Colombie / Brésil / Etats-Unis / France – 101 min – Numérique – Couleur – 1.85 – Son 5.1 - Visa n° 147 839

Avec Guillermo Pfening, Elena Roger, Kerri Sohn

Édition sortie le 6 novembre 2018

Nico est un comédien argentin tout juste installé à New York.
Dans l’attente de trouver un rôle, il enchaîne les petits boulots pour s’en sortir. Sa vie affective et sociale s’en trouve bouleversée.
Quand un ancien amant lui rend visite, tout vacille, l’obligeant à se confronter aux raisons de son exil.

Suppléments

Entretien de Julia Solomonoff
Bio-filmographie de la réalisatrice
Film-annonce
Galerie photos

Détails techniques

Durée du film : 101 minutes
Durée totale : 122 minutes
Langues : espagnol / anglais
Sous-titres : français / anglais / sourds et malentendants
Image : 1.85
Son : 5.1

Plus d'infos :

Bande-annonce

Équipe technique

  • Réalisation : Julia Solomonoff
  • Scénario : Christina Lazaridi, Julia Solomonoff
  • Image : Lucio Bonelli
  • Montage : Pablo Barbieri Carrera, Karen Sztajnberg, André Tambournino
  • Musique : Sacha Amback, Pablo Mondragón
  • Production : Aleph Motion Pictures, CEPA Audiovisual, La Panda, Mad Love Film Factory, Taiga Filmes, Travesia Productions
  • Produit par : Felicitas Raffo, Andrés Longares, Natalia Agudelo Campillo, Nicolás Herreño Leal, Lucía Murat, Jaime Mateus Tique, Elisa Lleras, Maria Teresa Arida, Julia Solomonoff
  • Coproduction : Epicentre Films, Miss Wasabi, Shortcuts International, Perdomo Productions
  • Coproduit par : Daniel Chabannes de Sars, Corentin  Dong-Jin Sénéchal, Pau Brunet, Juan Perdomo, Georges Schoucair, Isabel Coixet, Jana Díaz Juhl

À propos

Julia Solomonoff est réalisatrice, scénariste et productrice argentine. Sortie de l’ENERC (Ecole Nationale Argentine d’Expérimentation et de Réalisation Cinématographique), elle a obtenu une bourse pour suivre un Master de Cinéma à l’université de Columbia de New York où elle anime, à présent, des ateliers de réalisation.

En 2005, elle réalise son premier long métrage, « Hermanas » (Sœurs), sélectionné au festival de Toronto et dans de nombreux festivals internationaux.

En 2007, Julia Solomonoff passe à la production avec « Cocalero ».
Sélectionné au Festival de Sundance, il obtient le Prix du Meilleur Documentaire de l’Académie Argentine du Cinéma.

En 2009, elle écrit, réalise et produit son second film « Le dernier été de la Boyita », projeté en Compétition Internationale au BAFICI (Festival du Film Indépendant de Buenos Aires), ainsi qu’au Festival de San Sébastian. Le film a parcouru les festivals
internationaux où il a gagné de nombreux prix.
Julia Solomonoff a aussi été assistante réalisatrice sur le film « Carnets de Voyage », de Walter Salles et a travaillé pour d’autres réalisateurs reconnus comme Isabel Coixet, Fabian Bielinsky, Dan Algrant (« People I know »), Luis Puenzo (« La Peste ») et Martin Rejtman (« Silvia Prieto »).

Revue de presse

« Un casting charismatique et New York merveilleusement filmée. » LE PARISIEN

« Guillermo Pfening confère à son personnage un mélange de douceur et de détachement extrêmement précieux. » LE MONDE

« Cet itinéraire d’un comédien paumé est touchant et pertinent. » LE JOURNAL DU DIMANCHE

« Cette chronique ne manque ni d’humour ni de cruauté. » TELERAMA

« Dans le rôle de Nico, le comédien argentin est prodigieux. » L’EXPRESS

« Le film réserve un traitement très tendre et assez subtil à son personnage principal. » LES INROCKUPTIBLES

« L’histoire poignante d’un homme… Une variation réussie sur la grande ville. » TRANSFUGE

« Avec une pudeur et une douceur qui font écho au style d’Ira Sachs (Love is strange). » TROIS COULEURS

« Un récit d’émancipation personnel. Poignant. » POSITIF

« Une expérience incroyable et émouvante, une œuvre passionnante. » GARCON MAGAZINE

« Un moment de grâce. » HETEROCLITE

« Un film très personnel qui parle du désir de se réinventer ailleurs, de l’envie de liberté. » ¿ QUE TAL PARIS ?

« Extrêmement fine dans son approche, Solomonoff se montre ici à la hauteur d’un Ira Sachs par sa façon de dépeindre l’Amérique. » ARTISTIKREZO.COM

« Un portrait nuancé et émouvant qui évite les lieux communs. » FILMDECULTE.COM

Festivals

  • Festival Cinelatino, Rencontres de Toulouse
  • Festival Vues d’en Face LGBT Grenoble
  • Festival Ecrans Mixtes LGBT Lyon
  • Festival du Film de Femmes de Créteil
  • Festival Itinérances Alès
  • Festival Regards, Cinéma Espagnol et Latino-Américain de Valence
  • Festival International du Film Latino et Ibérique de Yale – Meilleur acteur
  • Festival du film de Tribeca – Prix d’interprétation pour Guillermo Pfening
  • Festival du cinéma ibéro-américain de Fortaleza Cine Ceara 2017 – Meilleur acteur, meilleur montage, meilleur film
  • Festival International du film de Calgary
  • Festival du film de Varsovie
  • Festival International du film de Guadalajara
  • Festival du film de Zurich