Epicentre film Retrouvez Epicentre Films sur facebook Retrouvez Epicentre Films sur YouTube
> Catalogue films > Longs métrages  > Le Dernier Eté de la Boyita
Retour Catalogue
Affiche
Zoom
Le Dernier Eté de la Boyita Un film de Julia  Solomonoff
Avec Guadalupe Alonso, Nicolás Treise, Arnoldo Treise, Mireilla Pascual, Gabo Correa, Sylvia Tavcar
2009 - Argentine / Espagne / France - 90 min – Couleur – 35mm – 1:85 - Dolby SRD - Visa n°125 515 Sortie le 08/09/2010
SYNOPSISL’été en Argentine, Jorgelina avait l’habitude de jouer avec sa sœur dans la « Boyita », la roulotte garée au fond du jardin. Mais cette année, tout est différent : ses parents se séparent et sa sœur, désormais adolescente, devient une étrangère pour elle. Alors Jorgelina part à la campagne en quête de Mario, le fils des paysans voisins. Ensemble, ils découvrent les mystères de leurs identités sexuelles. Un film sur l’éveil, une œuvre intimiste racontée à hauteur d’enfant. FICHE TECHNIQUERéalisation & Scénario : Julia Solomonoff
Directeur de la photographie & Caméra : Lucio Bonelli – ADF
Son : Lena Esquenazi
Direction artistique : Mariela Ripodas
Assistante de Réalisation : Celina Eslava
Casting & Coaching : María Laura Berch
Costumes : Natalia Vacs
Maquillage : Nestor Burgos
Montage : Rosario Suarez – Andrés Tambomino
Musique : Sebastián Escofet
Directeur de Production : Esteban Lucangioli
Producteurs : Domenica Films (Pepe Salvia), Travesía Producciones (Lucia Seabra & María Teresa Arida), Julia Solomonoff
Coproducteurs : El Deseo (Augustín Almodóvar & Esther García), Epicentre Films (Daniel Chabannes de Sars & Corentin Dong-Jin Sénéchal)
Ventes internationales : M-Appeal REALISATEURJulia Solomonoff est réalisatrice, scénariste et productrice argentine. Sortie de l’ENERC (Ecole Nationale Argentine d’Expérimentation et de Réalisation Cinématographique), elle a obtenu une bourse pour suivre un Master de Cinéma à l’université de Columbia de New York où elle anime, à présent, des ateliers de réalisation.
En 2001, elle écrit et réalise un téléfilm, « The Suitor », pour la chaine américaine PBS.
En 2006, elle coécrit et réalise pour la télévision un documentaire « Chin Chon Fan ».
En 2005, elle réalise son premier long métrage, « Hermanas » (Sœurs), sélectionné au festival de Toronto et dans de nombreux festivals internationaux.
En 2007, Julia Solomonoff passe à la production avec « Cocalero ».
Sélectionné au Festival de Sundance, il obtient le Prix du Meilleur Documentaire de l’Académie Argentine du Cinéma.
En 2009, elle écrit, réalise et produit son second film « Le dernier été de la Boyita », projeté en Compétition Internationale au BAFICI (Festival du Film Indépendant de Buenos Aires), ainsi qu’au Festival de San Sébastian. Le film a parcouru les festivals
internationaux où il a gagné de nombreux prix. « Le dernier été de
la Boyita » a été coproduit par El Deseo (la société de production des frères Almodovar), Domenica Films, Travesía Producciones et Epicentre Films.
Julia Solomonoff a aussi été assistante réalisatrice sur le film « Carnets de Voyage », de Walter Salles et a travaillé pour d’autres réalisateurs reconnus comme Isabel Coixet, Fabian Bielinsky, Dan Algrant (« People I know »), Luis Puenzo (« La Peste ») et Martin Rejtman (« Silvia Prieto »).
Julia Solomonoff est également comédienne à ses heures, Carlos Sorin lui a offert un rôle dans « Historias Mínimas » qui lui a valu une nomination aux Prix Condor, comme Révélation Féminine de l’Année.
Elle développe actuellement son troisième long-métrage et coproduit le premier long-métrage de la réalisatrice brésilienne, Julia Murat, « El peso de la Masa » qui se tournera au Brésil, courant 2010 PRESSE "Un moment rare" - Le Monde "Très réussi très harmonieux" - Les Inrockuptibles "Un film sur la tolérance enfantine de la différence"- Direct Matin "Un sujet délicat traité avec justesse et sensibilité" - Le Figaro "Un voyage initiatique hors des sentiers battus" - A Nous Paris "D’une évidente sincérité" - Critikat.com "D’une grande honnêteté" L’officiel des spectacles "Le dernier été de la boyita redouble de sensibilité sur un thème délicat" - La Croix "Un petit bijou" - 20 minutes "Une belle fable initiatique" - Les Cahiers du Cinéma "Une réussite totale" - Positif "Une oeuvre lumineuse" - Studio Cinélive "Naturaliste, bucolique, sensible" - Première "Une économie de mot, une pudeur, des moments de grâce (...) Julia Solomonoff réussit avec brio à conter les affres de l’enfance, les premiers émois sexuels et la rencontre de deux solitudes" - Brazil "Un film délicat (...) troublant et solaire" - Têtu "Un regard inhabituel sur la différence" - L’Humanité.fr "Beau et atypique" - L’Express "Un film troublant et maîtrisé du premier au dernier plan. Une des belles surprises de la rentrée" - Le Point.fr "Les jeunes interprètes sont éblouissants" - Le Nouvel Observateur "Le dernier été de la boyita réussit à parler de l’intimité avec un équivalent cinématographique du chuchotement" - Midi Libre "Un sujet traité avec pudeur et intelligence" - Ouest France "Une oeuvre intimiste racontée à hauteur d’enfant" - La Provence "Une histoire d’amitié universelle et bouleversante" - Le Monde des ados "Un beau témoignage sur l’acception de la différence" - Okapi "Une chronique légère et mélancolique" - Géo Ado "Délicat, sensuel et pudique à la fois, Le dernier été de la Boyita est un très joli film sur le passage de l’enfance à l’adolescence, avec une sacrée surprise à mi-parcours" - Avoir-alire.com "Avec grâce... et sens de l’ellipse... Le dernier été de la Boyita se distingue et fait de sa réalisatrice un nom à suivre" - Filmdeculte.com "Un film troublant et délicat, avec en fil conducteur la notion d’identité sexuelle, à hauteur d’enfant" - Ladepeche.fr