Epicentre film Retrouvez Epicentre Films sur facebook Retrouvez Epicentre Films sur YouTube
> Catalogue films > Longs métrages  > Ronde de Nuit
Retour Catalogue
Affiche
Zoom
Ronde de Nuit Un film de Edgardo  Cozarinsky
Avec Gonzalo Heredia, Mariana Anghileri, Rafael Ferro et Dario Trippichio.
2005 – Argentine – 85 min – 35mm – Couleur – Dolby SR - Visa n° 110 783
Sortie le 15/02/2006
SYNOPSISBuenos Aires, la nuit.
Victor, à peine sorti de l’adolescence, déambule dans les rues de son quartier.
Protégé par un inspecteur de police, il partage son temps entre le racolage, la drague dans les saunas de luxe et les soirées privées. Sa soif de découvertes et d’expériences le conduit à côtoyer la lisière des deux mondes…
Plongée onirique dans une ville de misère et de folie, ce film est aussi une descente dans les profondeurs de la peur la plus irrationnelle : celle de la pulsion meurtrière de l’amour. FICHE TECHNIQUERéalisation : Edgardo Cozarinsky
Scenario : Edgardo Cozarinsky
Production : Cineojo /Films d’ici
Montage : Martine Bouquin
Photographie : Javier Miquelez
Son : Alejandro Alonso
Musique : Carlos Franzetti REALISATEURÉcrivain, critique et réalisateur de plus de vingt films, Edgardo Cozarinsky est né à Buenos Aires en Argentine. Il s’est installé à Paris depuis 1974 pour fuir la dictature militaire.
Artiste aux capacités littéraires multiples, il est surtout connu pour ses documentaires : ‘‘La guerre d’un seul homme’’ en 1981 (d’après les journaux d’Ernst Jünger), ‘‘Boulevards du crépuscule’’ en 1992 (sur l’exil de Renée Falconetti et Robert Le Vigan), ‘‘Citizen Langlois’’ en 1994 ‘‘Le violon de Rotschild’’ en 1996. Il continue de nous livrer quelques pistes sur les grandes personnalités de l’Art dont Van Gogh et Andreï Tarkovski. PRESSE "Ce qui en fait le prix, en effet, c'est moins le " document ", et son traitement travaillé comme on l'a dit, que les amorces de fiction, les pistes vers d'autres histoires qui soudain se dessinent." L'Humanité "La beauté de Ronde de nuit réside donc là, dans l'exquise impossibilité de décider au bout d'un moment de la véritable nature de ce que l'on voit." Le Monde "Ronde de nuit semble d'abord le froid enregistrement d'une réalité sombre sans être glauque, avant de prendre une dimension d'étrangeté de nature presque fantastique." Le Nouvel Observateur